« Au delà de ça?...»

 

«Bien sûr, il y a mes histoires d’amour ratées,

mes râteaux sans nombre, et la femme russe

qui te fera chialer tripes et boyaux et boire de l’alcool de patate plus que de raison,

mais Odlatsa...»

 

«Bien sûr, il y a la colère contre mes frères humains qui se volent et s’ exploitent mutuellement, contre le système de la misère organisée et du travail forcé,

mais Odlatsa...»

 

«Bien sûr, il y a la foi en la flamme qui brûle au coeur de chacun, en l’issue par au-dessus, 

en l’essentiel invisible pour les yeux,

mais Odlatsa...»

 

«Bien sûr, il y a le grand rire dévastateur de celui qui chante quand il est dans la merde, le rire tout-puissant par lequel l’homme est homme, et non un cochon,

ni un vilain crapaud,ni un singe vociférant,

mais Odlatsa...»